Le devoir de diversifier ses avoirs ne date pas d’hier. En revanche, la prise de conscience et la possibilité de le faire pour le grand public sont tout à fait récents.

Autrefois, seuls les investisseurs professionnels et les family office se préoccupaient de diversifier du mieux qu’ils pouvaient et avec somme toute toute peu d’informations et peu d’accointances, sauf dans les milieux de la finance eux-mêmes, bien entendu.

Aujourd’hui du fait de l’explosion de l’information digitale et des transports internationaux, il faudrait au contraire apprendre à filtrer l’information, qui est surabondante, avec probablement une très grande quantité de leurres, de publicité, de techniques de marketing et de manipulation, qui rendent au final l’accès à la véritable information encore plus difficile qu’avant.

Pour autant, ce n’est pas seulement les flux d’informations qui s’accélèrent, mais la fréquence et l’ampleur des risques systémiques. Même si la majeure partie des gens ont la mémoire courte, si vous êtes ici c’est que ce n’est pas votre cas !

Donc en 30 ans, souvenez-vous, à notre niveau européen nous aurons connu avec plus ou moins d’intensité les crises de 1987, 93-94, 2001-2002, 2007-2008, soit environ tous les 7 ans.

La prochaine est reportée par un bon nombre d’artifices, au rand desquels l’impression de monnaie par les banques centrales est en très bonne place.

Cependant, le risque se rapproche d’année en année:

2010: Premier plan de sauvetage en Grèce

2011, printemps arabes tout autour de l’Europe

2013: crise de Chypre

2014: crise Ukrainienne

2015: Nouvelle crise grecque

2016: la banque italienne Monte Pachi à deux doigts de la faillite, la Deutsche Bank en très mauvaise posture

2017: la banque espagnole Banco Popular de même

Côté politique, un bon nombre de mesures visent clairement à rendre normal le sauvetage des banques par tous les moyens, au point de penser sérieusement à interdire les retraits bancaires au-delà d’un montant de survie, de bloquer les contrats d’assurance-vie (Loi Sapin II) par période trois mois renouvelables, de ponctionner directement les comptes en cas de besoin.

Savez-vous d’autre part que le fonds de garantie bancaire, destiné à venir à la rescousse de vos avoirs à hauteur de 100.000€, n’est doté qu’à hauteur de 3 milliards d’euros, soit de quoi couvrir en réalité quelques milliers d’euros à chacun (et non 100.000€) ?

Donc, en conclusion, pour répondre à la question « quand est-ce que je dois me soucier de:

  • sauvegarder mon patrimoine ?
  • diversifier mes avoirs  ?
  • construire un capital transnational ?

Si vous ne commencez pas à le faire de toute urgence, ce sera toujours trop tard, par rapport à l’optimum: maintenant !